Yanice Gauzelin hypnothérapeute

Stress d’avant compétition : comment arrêter de le subir… Et même en faire votre allié

par | 31 Jan 2024 | Coaching mental

Vous avez tout fait pour être prêt le jour J : vous avez respecté votre programme d’entraînement, vous êtes bien alimenté, avez bien dormi, vos affaires sont prêtes.

Jusqu’ici… tout va bien.

Seulement voilà : au moment de vous endormir la veille de votre compétition, ou quelques heures avant cette dernière, le stress vient vous hanter et vous fait douter.

Vous commencez alors à tout faire pour le faire disparaître, mais rien n’y fait : plus vous essayez, plus la pression s’intensifie et finit par vous empêcher de donner le meilleur de vous-même.

Ce sort, c’est celui de nombreux athlètes. Le stress, c’est une bête à dompter, souvent vue comme l’ennemi juré de tous ceux qui veulent performer. Une fois qu’il s’est immiscé dans les moindres recoins de votre corps et de votre tête, il vous condamne à concourir bridé.

Certains sportifs passent parfois à côté de leur potentiel à cause d’une mauvaise relation avec le stress. Ils excellent à l’entraînement, mais perdent leurs moyens le jour de la compétition : un sort qu’aucun compétiteur ne souhaite.

Mais si je vous disais que, non seulement il était possible d’arrêter de subir le stress, mais qu’il était possible d’en faire votre allié… Vous me croiriez ?

 

Le surprenant rôle du stress et pourquoi il est l’ami de la haute
performance

Souvent vu comme le pire ennemi de la performance, le stress est en réalité là pour vous aider. Quand le danger de mort est omniprésent, le stress optimise nos chances de survie en optimisant les performances de notre corps.

Comment ?

Premièrement, en vous allégeant. Vous avez déjà remarqué que le stress pouvait vous donner des envies pressantes ?

C’est normal : c’est une des façons qu’il a d’aider votre performance, en vous rendant plus léger. Il devient alors bien plus facile de courir, de grimper et de vous mouvoir de façon générale.

Ensuite, le stress vous aide à mobiliser toutes vos ressources, pour être fin prêt à donner le meilleur de vous-même.

Pour finir, il vous donne une attention accrue, qui peut vous aider à éviter les chutes et à mieux analyser votre environnement.

Vous l’avez compris : en réalité, le stress d’avant compétition est là pour votre bien : c’est loin d’être un ennemi à éliminer à tout prix. Souvent, c’est de le percevoir comme quelque chose de mauvais qui le rend mauvais !

Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas être excessif et impacter négativement vos performances.

Découvrez donc comment faire pour :
● empêcher au stress d’impacter vos nuits de sommeil ;
● le réduire dans les heures qui précèdent votre compétition.

 

Empêcher au stress d’impacter vos nuits de sommeil : c’est possible, et pas si difficile…

Demain, c’est le grand jour. Vous vous préparez depuis des mois pour cette compétition.
Vous avez tout fait pour vous assurer de performer.

Vous êtes tellement déterminé que vous décidez d’aller vous coucher une heure plus tôt, voire deux. Allongé sur votre lit, vous avez hâte, vous êtes confiant.

Vous ne vous endormez pas tout de suite, mais au début, rien d’alarmant : vous aviez prévu le coup en allant au lit plus tôt.

Seulement voilà : les minutes éveillées continuent de défiler, puis les heures
L’engrenage est enclenché : vous commencez à vous dire que c’est foutu, que jamais vous ne réussirez à donner le meilleur vous-même. Malheureusement, cela ne fait qu’augmenter votre stress.

Résultat : vous vous réveillez le lendemain après avoir très mal dormi (ou pas du tout), vous êtes déjà déçu avant d’avoir concouru, vous avez perdu votre détermination, soit rien de bon pour la performance !

Déterminé à arrêter de subir ? Voici comment faire.

 

1- Changez votre regard sur la situation

Le stress vous empêche de dormir… Et alors ?

Vous n’allez pas perdre tous vos gains en une seule nuit, même tourmentée. Le réveil sera, certes, un peu plus compliqué, et rentrer dans le bon état d’esprit vous demandera un peu plus d’efforts. Mais en vous poussant un peu, vous arriverez à vous transcender.

Paradoxalement, accepter que vous n’allez pas réussir à vous endormir et que ça n’est pas bien grave va vous aider à récupérer. Pourquoi ? Parce que vous arrêtez alors de gâcher votre précieuse énergie à lutter contre le stress. De plus, vous vous détendez et augmentez vos chances de vous endormir.

Pensez aussi à éviter d’aller au lit trop tôt : vous risqueriez juste de ne pas réussir à vous endormir et d’augmenter alors votre frustration.

Vous venez de passer une mauvaise nuit ? Parce que c’est plus un problème mental que physique, changez votre perspective : ne voyez pas ça comme un obstacle, mais comme un challenge qui vous donne l’occasion de vous dépasser encore plus.

Si le stress apparaît plusieurs jours avant la compétition, c’est là où la partie suivante devient indispensable.

 

2- Utilisez une méthode de relaxation profonde pour “remplacer” votre sommeil

Le yoga Nidra
Vous avez déjà entendu parler du Yoga Nidra ? Littéralement “Yoga du Sommeil”, il permet de recharger vos batteries… Sans avoir à vous endormir !

Dans un premier temps, l’idée est de vous allonger, de préférence dans un endroit sombre et sans bruit.

Ensuite, portez votre attention sur une petite partie de votre corps, comme : votre front, vos yeux, vos épaules, votre ventre, l’avant puis l’arrière de vos jambes, vos doigts un par un, etc.

Contractez-là, puis relâchez-là. Répétez le processus pour tout votre corps, en commençant par la tête, pour finir par vos pieds.

Pour vous aider à vous relaxer en profondeur et à avoir une idée plus précise de ce qu’est le Yoga Nidra, le mieux est encore de lancer une vidéo (en anglais).

La méditation
La méditation est une autre pratique efficace. Dans sa version la plus simple, respirez profondément, en vous concentrant sur le flux d’air qui rentre puis sort de votre corps.

Bien sûr, d’autres modalités existent, comme :
● la respiration carrée : la même durée passée à inspirer, à bloquer l’air, à expirer et à retenir sa respiration ;
● le 1:2 deux fois plus de temps à expirer qu’à inspirer ;
● le 2:1 ;
● etc.

À vous de trouver celle (ou celles) qui vous détend le plus.

En plus d’être des façons de recharger vos batteries en soi, le Yoga Nidra et la méditation pourraient bien vous aider à tomber dans le bras de Morphée, et à ne vous en rendre compte que le lendemain matin…

 

Diminuer votre stress quand il est excessif

1- Développer une bonne relation avec le stress

À quelques heures de la compétition, votre stress commence à monter. Vous en prenez conscience, et tentez alors de le contrôler, par peur qu’il vous empêche de vous exprimer pleinement.

Malheureusement, votre tentative de contrôle à l’inverse de l’effet recherché. Elle vous fait rentrer dans un cercle vicieux : vous êtes stressé, vous tentez de le contrôler, vous stressez davantage, etc.

Le premier pas pour diminuer le stress, c’est donc d’arrêter d’essayer de le chasser à tout prix, et de vous rappeler qu’il peut être un allié.

2- Trouver votre activité détente

Le meilleur expert de votre corps et de votre esprit… c’est vous-même ! Pensez donc à expérimenter pour trouver votre activité, votre rituel détente.

Voici quelques idées :
● écouter de la musique ;
● regarder un film ;
● faire du yoga ;
● échanger entre amis ;
● etc.

3- Méditer

Excellent moyen de calmer vos nerfs, la méditation pourrait bien devenir votre nouvelle arme fatale.

N’hésitez pas à tester différents styles jusqu’à trouver le vôtre. N’hésitez pas à aller faire un tour sur Petit Bambou (français) et Yoga with Adriene (anglais) pour avoir des idées.

En situation express, le “physiological sigh” (en anglais) vous aidera à vous calmer en quelques dizaines de secondes seulement.

La visualisation pré-compétition peut aussi aider à gagner en contrôle sur la situation, à ne pas vous laisser dépasser par les événements.

 

4- Faire appel à un coach mental

Imaginez un instant que vous comprenez votre fonctionnement, tellement bien que vous arrivez à :
● faire du stress un allié ;
● entrer en état de flow sur commande ;
● repousser la douleur ;
● trouver des ressources que vous ne soupçonniez même pas.

Vous voulez passer des centaines d’heures à tester des solutions à l’aveugle pour peut-être découvrir votre fonctionnement, identifier vos blocages et mettre en place une stratégie efficace pour les transcender ? Comme vous voulez.

Si, au contraire, vous voulez progresser à vue d’œil, faire appel à un coach mental est une bien meilleure solution.

Au-delà d’une source de connaissances, un coach est également un soutien précieux sur lequel vous pouvez vous appuyer. Savoir qu’une présence humaine de plus veut votre bien peut vous aider à faire face à des situations compliquées.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour bien gérer le stress : à vous de jouer.

 

Télécharger ton ebook offert :

-> 17 CONSEILS ET ASTUCES POUR REUSSIR VOTRE SAISON SPORTIVE

Contact

Adresse

Lyon : Médicentre "Pôle médecine douce”, (4ème étage), 5 place de l’abbé Pierre, 69009 Lyon

Reims : 92 Rue Ponsardin, 51100 Reims

Rejoignez-moi sur les réseaux

Rejoignez notre communauté !

Accédez à une mine de ressources pour booster votre performance !

En vous inscrivant à notre newsletter, vous bénéficierez d'une sélection de conseils, articles, vidéos et audios gratuits pour accroître votre performance et votre sérénité.